Groupement d'Etudes et d'Analyses de Loire Atlantique: GAELA regroupe des hommes et des femmes qui veulent ensemble réfléchir au développement de leur région. GAELA travaille sur des sujets qui concernent l'économie, la sécurité, l'information citoyenne. Les Hommes et les Femmes de GAELA participent aux Conseils de développement de leur région.

PDU, CHU… Le diable serait-il dans la cloison ?

 

Une contribution de Alain LE HENAFF, membre de GAELA,

 au Conseil de devellopement de Nantes Métropole 

 

L'absence de parking en nombre suffisant pour le projet de CHU

La volonté du tout transport en commun

Les besoins des hommes et des services du CHU

Une idée innovante pour essayer de régler cette difficulté

 

A lire
 

 



Ajouté le 22/03/2017 par JCG - 0 réaction

L'estuaire de la Loire

 

C DAVIAS du Conseil de developpement de Nantes Métropole a publié une contribution sur l'Estuaire.

 

Nous vous en souhaitons .bonne lecture



Ajouté le 21/03/2017 par JCG - 0 réaction

Une réaction de J.L RENAULT et G PAICHEREAU

à un espoir de reprise du Barging sur l'estuaire

 

Lire



Ajouté le 23/02/2017 par JCG - 0 réaction

Un CHU sur l’Ile de Nantes ? Décision dangereuse … et coûteuse !

-NDDL : quatre lettres désormais connues dans toute l’Europe. Imaginé il y a 45 ans, décidé il y a 20 ans, l’aéroport Notre-Dame des Landes va-t-il  voir le jour au nord de Nantes ?  

 

 -CHU : ces trois lettres, pendant ce temps, ne semblent pas poser problème pour un regroupement sur l’île de Nantes au sein de l’agglomération nantaise : terrain disponible choisi, premières études réalisées, plan dessiné ; les décisions sont prises et les budgets prévus. Déjà deux questions : tous les problèmes posés par ce projet ont-ils été résolus ? Pourquoi le budget a-t-il été multiplié par trois : de 350 millions en 2011 à plus d’un milliard en 2016 ?

                 

                    Et si, justement, le vrai scandale était dans le choix de ce site ? Depuis plusieurs mois, des personnalités du monde médical, de l’urbanisme, de la sécurité et de l’économie s’élèvent contre cette décision qu’elles estiment aberrante. Regroupées au sein de l’association apolitique GAELA (1), elles dénoncent ce choix univoque, forts de l’avis des meilleurs spécialistes… quand ceux-ci se sentent libres de s’exprimer. « Omerta, quand tu nous tiens ».

                     Leurs objections – dont ils attendent toujours des réponses adaptées – sont au nombre de sept. Sept erreurs mais ce n’est pas un jeu. Ils dénoncent d’abord le fait qu’il s’agit d’un projet anti-urbanistique. Raison pour laquelle le célèbre architecte-urbaniste Alexandre Chémétoff, encensé quelques années auparavant, avait claqué la porte. Ces experts notent aussi les problèmes évidents d’accessibilité et de stationnement mais aussi de sécurité en zone inondable. « Une ile reste une ile ! ». Les experts de GAELA rappellent également qu’il subsiste des interrogations  graves sur les plans économique et financier les dépenses prévues ayant été multipliées par trois en cinq ans.  Par ailleurs, pourquoi localiser les deux services d’urgence agréés, public et privé, de la métropole sur le bras sud inondable de la Loire ?  Et addition bizarre : comment les 17 hectares de l’actuel Hôtel-Dieu et les 50 hectares de l’hôpital Nord vont-ils pouvoir tenir dans l’emplacement réservé de 10 hectares sur l’ile ? De plus ces 10 ha ne permettront pas le développement prévisible à venir d’un tel Centre hospitalier.

                      Justement, ces 50 hectares de l’Hôpital nord, où se trouvent aussi le Centre anticancéreux et le « Cyclotron », sont loin d’être saturés. Solution trouvée et problèmes résolus : sécurité, terrain non inondable, stationnement. Circulation aussi quand on sait que les trois quarts des patients ne viennent pas de Nantes mais de la périphérie et de l’Ouest. Quant aux transports il suffira de prolonger deux lignes de tramway. Proche aussi du périphérique donc de l’actuel aéroport et du futur, éventuel … à NNDL. Question de bon sens : pourquoi faire simple, économique – et sûr - quand on peut décider soi-même de faire compliqué et coûteux ? Merci le contribuable ! 

     



Ajouté le 21/02/2017 par JCG - 0 réaction

La stratégie de la Transition Energétique de la Région des Pays de la Loire.

Une révolution industriel ?

par Xavier RONDOT

                        A partir du dossier édité par la Région Pays de La Loire sur la « Stratégie de la Transition Energétique »,  le présent document  analyse les conséquences d’un telle stratégie, tout en s’appuyant sur l’état des lieux du système électrique d’aujourd’hui. 
                        La démarche régionale est basée sur un changement complet de « logiciel » du système électrique : on passe d’un système actuel centralisé et de solidarité nationale à un système énergétique qui se veut autonome et régional à l’horizon 2050 !  
                       Les options prises par la Région dans le domaine énergétique, pour 2020, 2030 et 2050, nécessitent une véritable révolution industrielle. 
                       Le document analyse les défis que devra relever la Région pour atteindre les objectifs énoncés. 
                       Les aspects financiers de cette stratégie ne sont pas abordés. 
                       Le document comporte trois parties : 
                       1 – janvier 2017 ! :   C’est un constat de l’alimentation électrique de la France et de la Région, ce 25 janvier 2017 à 19H.                          2 – Stratégie de la Région des Pays de La Loire pour la Transition Energétique :   Le chapitre reprend les principaux objectifs de cette stratégie.

                       3 – L’avenir ?... :   A partir d’un état des lieux de l’année 2015, les principaux défis régionaux sont analysés. 
                       Jusqu’à ces dernières années, le Système Electrique français a permis de fournir à tous les habitants de l’hexagone une énergie électrique « décarbonée » à 95% et l’une des moins cher des pays européens. Tout changement industriel radical devrait tenir compte des contraintes techniques et du prix de l’énergie fournie.  L’électricité est un facteur essentiel du développement des territoires et les évolutions de son coût doivent être un défi à gagner, pour une compétitivité industrielle et pour lutter contre la précarité. 
                                                                  Cet « essai » se veut une aide à réflexion…………
………….   

LIRE l'ETUDE



Ajouté le 06/02/2017 par JCG - 0 réaction

Page précédente    1 2 3 4 5   Page suivante